dimanche 4 novembre 2007

Nous ne sommes pas seuls

Gougueule a d'abord créé l'univers. Après quoi Gougueule a créé le ciel et la terre. C'est maintenant un fait établi et que personne ne songe à contester, sauf peut être Bill Gates dont la mégalomanie est bien attestée. Depuis ce jour, chacun sait exactement où il se trouve sur le globe terrestre, et si le voisin n'a pas déplacé discrètement les limites de son terrain.

Mais le point de vue surélevé de Gougueule Eurf avait quelque chose de frustrant, d'encore un peu théorique, de géographique, qui ne satisfaisait pas un impérieux besoin de réalité. Alors Gougueule créa Panoramio le 3 octobre 2005 de notre ère.
Chacun peut y publier en quelques clics les photos de ses lieux préférés. Aujourd'hui Panoramio présente 5 millions d'images du monde, photographiées par 1 million de contributeurs. 2 des 5 millions sont déjà visibles sur Gougueule Eurf (mais la navigation est beaucoup plus agréable sur Panoramio).

Celui qui en 1997, envoûté par les énigmes de Riven, deuxième volet du jeu Myst (créé par Cyan world & UbiSoft), s'est perdu pendant des heures à chercher une issue sur ces plages de sable éblouissant, pouvait-il imaginer que ces rochers pachydermes dessinés par ordinateur existaient dans la réalité?

Philippe Tremblay les a photographiés récemment, à La Digue, aux îles Seychelles. Ses photos sont dans Panoramio, particulièrement belles, comme des épures.

Panoramio a résolu un problème philosophique vieux de plusieurs millénaires. Il apporte enfin la preuve que le monde existe aussi pour les autres, donc qu'il existe probablement réellement. Foin des «sophisteries» idéalistes! Un peu de matérialisme ne peut qu'apaiser un monde où prolifèrent lubies variées et croyances décervelées.

Un esprit critique objectera qu'en matière de données informatiques toutes les simulations sont possibles et que rien ne prouve leur véracité. Que cet esprit visite alors Panoramio dans des lieux qu'il connaît bien! Il réalisera non seulement que les autres voient son monde à peu près comme lui, ce qui le désespérera sans doute, mais qu'il leur arrive parfois de réussir les photos qu'il a lui-même ratées. Ce qui est très désagréable au vaniteux.

Alors toi aussi, lecteur, publie tes plus belles photos dans Panoramio, prouve que tu existes! Un jour peut-être, en préparant un voyage, l'une d'elles me donnera envie de faire une halte au même endroit.

4 commentaires :

-oo- a dit…

Superbe lien, que je ne connaissais pas, qui me laisse admiratif et perplexe.
La rencontre de Borges et d'Orwell. La beauté d'un concept qui s'ouvre à l'infini et nous enferme d'autant plus.
Ce serait amusant d' y poster une photo du désordre de mon bureau. Et pourquoi pas de mon voisin tondant sa pelouse, puis de ce type dans la rue qui fait la manche, de cette femme avec son chien, et de ce chien plus tard, qui décore le caniveau, et de ces feuilles dans le caniveau, et celles-ci au dessus dans l'arbre, et l'oiseau qui sautille sur les fils électriques...

au nom du père et des fils électriques
ne nous soumets pas à la tentation...
et délivre nous !

Pub !
http://www.thechurchofgoogle.org/

max /vasco

Costar a dit…

Mille mercis pour ce lien sacré! Quelle surprise! Ils m'ont pris de vitesse. j'aurais aimé créer cette secte.
Deux étonnements : pour eux Google est une entité féminine (She), ce qui est plutôt rafraîchissant.
De plus ils ne semblent honorer que la facette "moteur de recherche" de Google qui en a pourtant beaucoup d'autres. mais je n'ai pas encore tout lu.
Quelle révélation!

-oo- a dit…

Si vous ne l'avez pas créée, vous l'avez annoncée : ce qui fait de vous l'un de ses prophètes !
C'est presqu'aussi bien et c'est moins de soucis d'intendance.

Cette très obligeante Église répond à la question (FAQ) du sexe de Dieu :

"I always thought Google was a male search engine?
Search Engines don't have a gender, but there is a reason for our referring to Google as a female: originally, religions of the past thought of Gods as both feminine and masculine. It wasn't until monotheistic, Abrahamic religions such as Christianity, Islam and Judaism entered the picture that the concept of "God" became purely masculine. Basically you have been conditioned by your culture to view all Deities as male. The Church of Google is simply carrying on the ancient tradition of viewing Gods as feminine. It's not part of any feminist agenda, nor an attempt at political correctness. It's just breaking a cultural taboo."

Ce qui traduit par Déesse Google donne :

"J'ai toujours pensé que Google était un homme moteur de recherche?
Les moteurs de recherche n'ont pas un sexe, mais il ya une raison à notre Google comme faisant référence à une femme: à l'origine, les religions du passé pensée de Dieu à la fois féminins et masculins. Ce n'est qu'en monothéistes, religions abrahamiques telles que le christianisme, l'islam et le judaïsme a pénétré dans la photo que la notion de "Dieu" est devenue purement masculin. En gros vous avez été conditionnés par votre culture pour voir tous les Déités que les préservatifs masculins. L'Église de Google est tout simplement l'exercice de l'ancienne tradition de voir Dieu comme féminin. Il ne fait partie d'aucun ordre du jour féministe, ni une tentative de politiquement correct. C'est juste brisant un tabou culturel."

Remarquez, je n'aurais pas fait mieux (mais tout de même, je me demande d'où sortent ces préservatifs ?).

Costar a dit…

Quelle idée ingénieuse de faire traduire ce texte saint par Gougueule elle-même! Je me doutais que vous étiez un peu disciple, ou au moins sympathisant. Et quelle poésie dans ce texte traduit en français! Ces "religions qui ont pénétré dans la photo", et cet admirable "Déités que les préservatifs masculins"! Vous avez sans aucun doute découvert ici un mystère divin qui fera l'objet d'innombrables gloses et exégèses et sera peut-être révélé un jour aux vrais croyants.
La clé tient dans cette phrase : "view Deities as male". Changez le D en d et elle perd son absence de sens. La grande investigation pataphysique commence ici!