dimanche 29 juillet 2012

Nul n'est prophète...

Au delà de la Terre, au delà de l’infini,
Je cherchais à voir le paradis et l’enfer.
Une voix solennelle m’a dit :
Le paradis et l’enfer sont en toi.
Referme ton Coran. Pense librement,
Et regarde librement le ciel et la terre.
Omar Khayyam (1048-1131), extraits des Quatrains (Robaiyat)

La Turquie est bienheureuse.
Elle a depuis bientôt 20 ans Fazil Say, impressionnant virtuose qui fait la renommée de l'art du piano et de son pays dans le monde entier. Comme György Cziffra ou Alexis Weissenberg en leur temps, sa technique est éblouissante, son style fantasque, et son succès considérable.
Il compose également, quantité d'oratorios et de symphonies qui réclament une exubérance d'instruments et beaucoup de résignation de la part de l'auditeur, qui a l'impression d'écouter l'accompagnement musical des pesants films de science fiction américains, comme avec les symphonies d'Anton Bruckner ou de Gustave Mahler.

Mais la Turquie est déchirée.
Car elle organise le 18 octobre une sorte de procès galiléen en miniature, contre son idole Fazil Say pour avoir insulté les valeurs de l'Islam. Trouvant en effet amusante une évocation du poète perse Khayyam, reçue par le réseau Twitter, qui comparait le paradis des musulmans à un rade pour ivrognes garni de prostituées, Fazil a commis le blasphème irréparable de retweeter le tweet. C'est à dire qu'il a transmis le court texte, d'une légère pression sur le bouton idoine de son téléphone, à ses milliers de fans suiveurs. Erreur fatale qui pourrait bien l'enfermer 18 mois dans les prisons turques, dit la loi « pénale ».

Fazil Say n'a jamais caché son athéisme.
La Turquie n'a jamais caché sa laïcité, depuis la révolution de Mustafa Kemal en 1922. Jusqu'à l'inscrire dans sa Constitution.
Mais elle la pratique de moins en moins.

Mise à jour du 21.11.2012 : le tribunal étudie le dossier de la défense. Prochaine audience le 18.02.2013 15.04.2013.
Mise à jour du 16.04.2013 : le verdict clément, 10 mois de prison, ne sera exécuté qu'en cas de récidive dans les 5 ans. Encore un petit effort vers la civilisation...



Le palais de l'Alhambra à Grenade, en Espagne. L'intérieur du palais (ici la tour de Comares) est totalement recouvert de grouillantes arabesques et d'innombrables inscriptions affirmant qu'Allah est le seul vainqueur. Fazil Say qui est musicien aurait pu se douter qu'en matière d'opinions les murs ont aussi des oreilles.

mercredi 25 juillet 2012

Scepticisme extraterrestre

N'avez vous jamais été saisi par l'impérieux besoin d'envoyer un message aux extraterrestres, histoire de leur donner des nouvelles ? Mais vous avez été arrêtés, comme nous tous, par la prosaïque question des coûts de communication. À ce jeu, on dépasse vite les limites du forfait.
C'est pourquoi la très sérieuse DSCN (Deep Space Communication Network - réseau de communication avec l'espace lointain), société à but certainement philanthropique, propose ses compétences et équipements sophistiqués pour transmettre votre prose.

Et la DSCN connait parfaitement les extraterrestres. Sur son site, vous apprendrez qu'ils savent lire les formats d'image JPEG, le son en MP3, et les vidéos en AVI, WMV, et même en MPEG-1, mais qu'ils n'apprécient guère les propos lubriques ou profanateurs. En fait les extraterrestres craignent tout ce qui peut offenser. On les comprend, ils doivent être submergés de messages persifleurs.
En revanche vous pourrez leur envoyer votre propre recette du bœuf Mironton ou du pigeon en sarcophage, accompagnée de photos des ingrédients. Attention, ces photos devront être prises par vous-même, les extraterrestres sont très sourcilleux sur la question des droits d'auteur.

Mais, direz-vous, qu'est-ce qui me garantit le sérieux de l'entreprise ? Et bien, avec une antenne parabolique de 5 mètres connectée à un klystron redondant à haute puissance pour amplifier le signal, que vous faut-il de plus ? Et l'antenne se trouve en Floride, non loin du Kennedy Space Center, site de lancement des grandes épopées interplanétaires de la NASA ! Notez que tant de technologie vous coûtera cependant 299 dollars (245 euros) pour 5 minutes de transmission.

Enfin pour briller en société vous pourrez afficher sur la cimaise de votre salon le certificat fourni gracieusement par la DSCN et garantissant qu'on peut facilement vous soutirer une somme rondelette en vous faisant avaler n'importe quelle imbécilité.

Atterrissage d'un vaisseau de la planète Klystron aux abords du bois de Boulogne, à Paris porte de Passy en février 2008.

Alors pour éviter d'être surpris en flagrant délit de crédulité, adoptez dès aujourd'hui l'attitude sceptique, et systématiquement doutez. De nombreux sites existent pour vous y aider, dont voici quelques-uns : les archives du défunt Cercle zététique, l'Association française pour l'Information Scientifique (AFIS), l'Observatoire Zététique, la Documentation Zététique, Tatoufaux le tombeau des idées reçues, Hoaxbuster ou les canulars du Web, Scepticisme Scientifique et son podcast,  et le jeune Cortex.
Et comme il advient qu'emportés par leur enthousiasme ces sites pratiquent des façons un peu expéditives et ne respectent pas toujours la rigueur méthodologique qu'ils professent, il convient de fréquenter également des sites comme Pseudo-Scepticisme qui exercent leur propre scepticisme sur les méthodes des sites sceptiques. Vous serez alors pris d'un vertige. Avec l'impression d'être de retour à votre point de départ, vous vous demanderez si douter du doute ne revient pas, finalement, à croire. Vous serez devenu une question ambulante, un ectoplasme en forme de point d'interrogation, presque une ombre.

samedi 14 juillet 2012

Nuages (29)

Celui qui observe le vent ne sème pas,
Et celui qui considère les nuages ne moissonnera jamais.
La Bible, l'Ecclésiaste, 11-4 (1)


(1) L'interprétation chrétienne de ce verset dit qu'à trop fixer son attention sur les obstacles potentiels, on inhibe toute action. L'Ecclésiaste est plein de ces aphorismes de comptoir, morales de bistro à deux drachmes.
La Société Biblique Française en a édité en 1997 une version en français courant. Sans le charme mystérieux des archaïsmes, les versets retrouvent toute leur banalité, leur conformisme :
3-1 Tout ce qui se produit dans le monde arrive en son temps.
5-11 Le travailleur dort d'un bon sommeil, qu'il ait peu ou beaucoup à manger. Mais le riche a tant de biens qu'il n'arrive pas à dormir.
7-3 La douleur est préférable au rire. Elle attriste le visage, mais elle rend le cœur meilleur.
10-20 Cependant ne critique pas le roi, même intérieurement, ne dis rien contre le puissant, même en privé. Un oiseau pourrait répandre tes paroles et répéter ce que tu as dit.

On y trouve aussi parfois de sombres fulgurances : 
12-5 On a peur de gravir une pente, on a des frayeurs en chemin, les cheveux blanchissent comme l'aubépine en fleur, l'agilité de la sauterelle fait défaut, les épices perdent leur saveur. Ainsi chacun s'en va vers sa dernière demeure. Et dans la rue, les pleureurs rôdent en attendant.

samedi 7 juillet 2012

La vie des cimetières (44)

LE ROI : Les rois devraient être immortels.
MARGUERITE : Ils ont une immortalité provisoire.
Eugène Ionesco, Le roi se meurt, 1962

L'amateur de littérature qui flâne à Paris dans le cimetière du Montparnasse feuillette un album de ses souvenirs en déchiffrant sur les tombes des noms dont il a jadis lu les livres. Des phrases lui reviennent à l'esprit. Tel écrivain qui l'a impressionné est là, tangible, incontestable, son univers se matérialise sur la pierre usée, parmi les mousses humides.
Le cimetière du Montparnasse est empli de ces noms mémorables.

D'abord leur maitre, Charles Baudelaire, douloureux poète à la fois de l'horreur et de l'extase de vivre, condamné par la justice pour offense à la morale et aux bonnes mœurs, et syphilitique. Il est enterré dans la fosse familiale, sous l'autorité et les décorations du général Aupick, le beau-père.
Trop misérable sépulture aux yeux de ses admirateurs qui lui érigèrent 35 ans plus tard, en compensation, un impressionnant cénotaphe à l'autre bout du cimetière. On y admire la momie du poète gisant, surmontée d'une immense chauve-souris ultra-plate et d'une sorte de brute occupée à se concentrer pour penser.

Alentour Ionesco, Beckett, Topor, Cioran, auteurs de l'étrange, de l'insolite, cyniques qui ont bouleversé notre vision du monde. Leurs tombes sont sans histoire, dépouillées au point qu'on ne les distingue pas parmi les milliers d'autres. Ici leur ironie s'est tue.

Puis Proudhon, Emmanuel Bove, Marguerite Duras, Jean-Paul Sartre, d'autres encore.

Et entre ces écrivains, la providence (ou la fatalité) a clairsemé les plus grands lexicographes, faiseurs de dictionnaires et d'encyclopédies, Pierre Larousse et ses définitions polies comme des perles fines, Émile Littré, Ernest Flammarion, Louis Hachette, afin de remettre un peu d'ordre alphabétique dans ce fouillis de pages et de mots éparpillés.




16 impressions du cimetière du Montparnasse à Paris, le 29 avril 2007.