jeudi 11 janvier 2001

Voir des peintures presque réalistes

Un mot du sponsor de cette exposition

«Je n'ai jamais aimé les contes ni les légendes... Pourquoi aller demander à des fictions lointaines de dérouler devant nos yeux ce tapis d'orient que la réalité étale à nos pieds mêmes ?... Amère, frivole, incohérente, la réalité dépasse tous les conteurs, il nous suffit de regarder par la fenêtre, elle s'ouvre sur le pays des merveilles. L'exotisme commence à notre voisin de palier, que dis-je ? Il nous suffit d'oublier notre clé et de frapper à notre propre porte pour entrer chez un inconnu. »
Alexandre Vialatte (1901-1971), Légendes vertigineuses du Dauphiné

***

Les reproductions, libres de droits, sont disponibles en cliquant sur chaque image ci-dessous (pour un format maximum de 1600 pixels), ou sur le titre de chaque tableau (pour des images de meilleure qualité).
Vous pouvez également chercher dans la mosaïque des vignettes en affichant le CATALOGUE des PEINTURES, ou aller au DIAPORAMA de l'EXPOSITION, et demandez le téléchargement dans les options quelque part sur la page.  
Pillez et diffusez ces images sans remords.

Il y a un catalogue alphabétique des tableaux totalement inutile à la fin de la page.



ILLUSTRATIONS



Le touriste des antipodes - Versailles, 2007 - hst 83x50cm



Sous l'épave est la plage - Lorient, 1995 - hst 83x50cm



L'ordre des choses - Orléans, 1984 - hst 60x60cm - Coll. HBPW



La conclusion du Procès - Normandie, 2018 - hst 60x60cm



La chicorée surnaturelle - Elne, 1993 - hst 60x60cm - coll. MLJFP



La mécanique des riens - Chaalis, 1993 - hst 50x50cm - coll. CJWL



La villégiature des extraterrestres - Normandie 2005, - hst 80x80cm - coll. HBPW



La maladie de Vermeer - Bruges 2017, - hst 65x81cm



La preuve de l'évolution - Vienne, 1990 - hst 65x81cm - coll. DMPT



Autoportrait à cheval - Orléans, 1994 - hst 60x60cm - coll. NJC
(détail des poupées)



Chaque chose a sa place - Paris musée Guimet, 2009 - hst 70x70cm - coll. PG
(détail d'un bol)



Le vivarium de Baruch Spinoza - Paris Louvre, 2011 - hst 81x60cm



La salle d'attente - Paris Musée des monuments, 1991 - hst 80x80cm - coll. CFP
(détail de la chaise)



Au zoo d'Orvieto - Orvieto, 2018 - hst 61x46cm



Le printemps de Louis Convers - Paris, 2019 - hst 50x50cm



Le dinosaure - Briare, 2015 - hst 81x60cm



Fatale négligence - Paris Lachaise, 1994 - hst 60x60cm



Le sexe de l'ange - Versailles, 1991 - hst 81x60cm - coll. JFPML



Les lignes de la main - Chantilly, 1990 - hst 81x60cm - coll. RGV



Le brouillon de la lune - Pompéi, 2008 - hst 60x81cm - coll. PCCB



Les amants de Locri - Calabre, 2012 - hst 60x60cm



Les degrés de la révérence - Sceaux, 1991 - hst 92x65cm - coll. JH



Le roi de la création - Paris, 1990 - hst 92x65cm - coll. PL



Le cadran solaire - Auteuil, 1991 - hst 65x50cm - coll. JH



La porte du paradis - Paris, 1990 - hst 81x60cm - coll. HK



La courte échelle - Strasbourg, 1994 - hst 81x60cm - coll. HBPW



La chambre froide - Paris Louvre, 1993 - hst 81x65cm - coll. BR



Le cabinet des curiosités - Paris Jacquemart, 1990 - hst 81x65cm - coll. HK



Le mur (les anges nihilistes) - Bruges, 2019 - hst 60x60cm
(détail des anges)



La secrétaire du vent - Josselin, 1995 - hst 50x50cm - coll. PR
(détail de la balayeuse)



Autoportrait sentimental - Paris, 1999 - hst 50x50cm



L'anagramme (atelier ou réalité) - N'importe où, 2018 - hst 70x70cm



Le fantôme de l'apéro - Beauport, 2013 - hst 83x50cm



Nature morte - Lorient, 1998 - hst 83x50cm - coll. PTDM



L'usine de nos rêves - Calais, 1992 - hst 81x60cm - coll. JFPML



L'obscur objet du désir - Esterel, 1994 - hst 81x60cm - coll. PTDM



L'origine des espèces - Bretagne, 1996 - hst 60x60cm - coll. ÉPF



Ruine de lame - Bretagne, 2013 - hst 60x60cm



La baleine et le lapin - Praslin, 2018 - hst 70x70cm



Le poisson soluble - Corse, 1994 - hst 60x60cm - coll. HK



La grande gidouille - La Digue Seychelles, 2009 - hst 60x60cm - Coll. HBPW



Pareil Dolly (paréidolie) - Penmarch, 2017 - hst 70x70cm



Colloque sentimental (*)- Ravello, 2019 - hst 81x60cm



Le dogme - Orléans, 1993 - hst 92x65cm - coll. HBPW



La fuite d'eau - Paris, 1999 - hst 65x50cm - coll. HBPW



Le château de la mouche - Londres, 1983 - hst.92x65cm (détail) - coll. DMPT



La sélection naturelle - Stresa, 2018 - hst.60x60cmcoll. DC 



L'orage - Auvergne, 1997 - hst 60x60cm - coll. MLJFP



À Bruges - Bruges, 2017 - hst 50x50cm - Coll. JLG



L'exposition universelle - Melun, 1990 - hst 54x65cm - coll. JGTV



Les tableaux sont des huiles sur toiles,
les dimensions sont en centimètres,

les initiales entre crochets signifient que le tableau appartient à une collection privée


À Bruges - Bruges, 2017 - 50x50 [JLG]
Amants de Locri (Les) - Calabre, 2012 - 60x60
Anagramme (atelier ou réalité) (L') - N'importe où, 2018 - 70x70
Autoportrait à cheval - Orléans, 1994 - 60x60 [NJC]
Autoportrait sentimental - Paris, 1999 - 50x50
Au zoo d'Orvieto - Orvieto, 2018 - 61x46
Baleine et le lapin (La) - Praslin, 2018 - 70x70
Brouillon de la lune (Le) - Pompéi, 2008 - 60x81 [PCCB]
Cabinet des curiosités (Le) - Paris Jacquemart, 1990 - 81x65 [HK]
Cadran solaire (Le) - Auteuil, 1991 - 65x50 [JH]
Chambre froide (La) - Paris Louvre, 1993 - 81x65 [BR]
Chaque chose a sa place - Paris musée Guimet, 2009 - 70x70 [PG]
Château de la mouche (Le) - Londres, 1983 - 92x65 [DMPT]
Chicorée surnaturelle (La) - Elne, 1993 - 60x60 [MLJFP]
Colloque sentimental - Ravello, 2019 - 81x60
Conclusion du Procès (La) - Normandie, 2018 - 60x60
Courte échelle (La) - Strasbourg, 1994 - 81x60 [HBPW]
Degrés de la révérence (Les) - Sceaux, 1991 - 92x65 [JH]
Dinosaure (Le) - Briare, 2015 - 81x60
Dogme (Le) - Orléans, 1993 - 92x65 [HBPW]
Exposition universelle (L') - Melun, 1990 - 54x65 [JGTV]
Fantôme de l'apéro - Beauport, 2013 - 83x50
Fatale négligence - Paris Lachaise, 1994 - 60x60
Fuite d'eau (La) - Paris, 1999 - 65x50 [HBPW]
Grande gidouille (La) - La Digue Seychelles, 2009 - 60x60 [HBPW]
Lignes de la main (Les) - Chantilly, 1990 - 81x60 [RGV]
Maladie de Vermeer (La) - Bruges, 2017 - 65x81
Mécanique des riens (La) - Chaalis, 1993 - 50x50 [CJWL] 
Mur (Le, ou les anges nihilistes) - Bruges, 2019 - 60x60  
Nature morte - Lorient, 1998 - 83x50 [PTDM]
Obscur objet du désir (L') - Esterel, 1994 - 81x60 [PTDM]
Orage (L') - Auvergne, 1997 - 60x60 [MLJFP]
Ordre des choses (L') - Orléans, 1984 - 60x60 [HBPW]
Origine des espèces (L') - Bretagne, 1996 - 60x60 [ÉPF]
Pareil Dolly (paréidolie) - Penmarch, 2017 - 70x70
Poisson soluble (Le) - Corse, 1994 - 60x60 [HK]
Porte du paradis (La) - Paris, 1990 - 81x60 [HK]
Preuve de l'évolution (La) - Vienne, 1990 - 65x81 [DMPT]
Printemps de Louis Convers (Le) - Paris, 2019 - 50x50
Roi de la création (Le) - Paris, 1990 - 92x65 [PL]
Ruine de lame - Bretagne, 2013 - 60x60
Salle d'attente (La) - Paris Musée des monuments, 1991 - 80x80 [CFP]
Secrétaire du vent (La) - Josselin, 1995 - 50x50 [PR] 
Sélection naturelle (La) - Stresa, 2018 - 60x60 [DC]
Sexe de l'ange (Le) - Versailles, 1991 - 81x60 [JFPML]
Sous l'épave est la plage - Lorient, 1995 - 83x50
Touriste des antipodes (Le) - Versailles, 2007 - 83x50
Usine de nos rêves (L') - Calais, 1992 - 81x60 [JFPML]
Villégiature des extraterrestres (La) - Normandie, 2005 - 80x80 [HBPW]
Vivarium de Baruch Spinoza (Le) - Paris Louvre, 2011 - 81x60

En ligne depuis 1997, à suivre probablement...

5 commentaires :

Bonehill a dit…

J'admire!!!

Anonyme a dit…

Mais, dites, c'est ma foi vrai que vous êtes peintre ! Je n'avais jamais fait le rapprochement entre les textes et les tableaux qu'on trouve sur votre blog.
Vous voulez sans doute savoir ce que j'en pense... Eh bien, ils sont conformes à l'idée que je m'étais faite de vous à travers vos chroniques : élégants, déroutants, virtuoses.
J'admire, moi aussi.

Pierre

Costar a dit…

Ah, vous avez découvert la puissance de mes compétences en matière de communication. Cela fait plus de 10 ans que mes tableaux cohabitent étroitement avec le blog et portent la même signature, et les rares lecteurs plutôt assidus ne s’en aperçoivent qu’après des mois, voire des années. 2 commentaires en 10 ans, on frise l'overdose.
Ravi que mes tableaux vous plaisent.

Anonyme a dit…

Devant votre Colloque sentimental, ma mère s'extasierait sûrement en disant, comme elle en a coutume : "C'est beau, on dirait une photo". Et je ne pourrais, cette fois, m'en agacer... C'est effectivement une photo. Mais, dès lors, pourquoi diable en avoir fait une peinture ?
A l'occasion, soyez gentil de me l'expliquer. Merci.

pi

Costar a dit…

Ce qui suit est un peu désordonné, mais remis dans l’ordre, ça devrait résumer pourquoi je peins.

En préambule, vous trouvez ce tableau photographique. Je vous assure qu’il ne l’est pas. Je ne cherche pas cela (il faudrait que je passe beaucoup plus de temps sur chaque tableau). Cependant, comme tous sont peints d’après mes photos, ils sont plus ou moins réussis et plus ou moins réalistes, mais je ne cherche qu'à (me) convaincre de la presque réalité de la chose représentée.
Il est aussi possible que vous ayez cette impression si vous ne regardez que les petites ou moyennes reproductions (pour la haute définition il faut cliquer sur le titre du tableau sous chaque vignette).

Alors pourquoi faire ces tableaux :

1. Mes photographies me satisfont rarement, elles ne représentent qu’imparfaitement le monde tel que je le vois, alors la première chose est de les arranger. Par exemple, ici, dans la photo originale, le buste de droite ne me plaisait pas, ni les nuages. Je les ai remplacés. Maintenant le personnage de droite parle à l’autre qui sourit ironiquement, ce qui correspond à l’idée que je me faisait du beau poème de Verlaine que j’avais envie d’illustrer. Et puis sur le tableau, j’épure, j’enlève les scories, les choses qui détournent l’attention.

2. Mes tableaux mesurent 60 à 90 centimètres, et avec les vraies nuances de l’original, les transparences, et le format, vus à 1 ou 2 mètres, ça a plus de gueule que ces banales reproductions.

3. Enfin je n’ai aucune imagination et je peins le réel comme je le vois, et comme je peux. D’ailleurs l’imaginaire ne m’intéresse pas. Je trouve qu’il y a une vraie noblesse a essayer humblement de rendre réaliste une image à l’aide d’un pinceau et de quelques artifices assez modestes. Avoir une manière, un style, une touche personnelle est pour moi le comble de la prétention.
Le véritable et seul plaisir est de faire apparaitre un volume, une lumière, une ombre, où il n’y avait rien. Le reste est littérature.