samedi 29 mars 2008

Chimère

Lorsqu'on voit pour la première fois cet animal insolite, dans une galerie ensoleillée du musée d'archéologie de Florence, on se demande s'il est le fruit de manipulations génétiques immorales ou d'un abus inconsidéré de produits psychotropes.

Il n'est en fait qu'une représentation fidèle de la célèbre Chimère, fille d'Échidna qui était moitié nymphe et moitié vipère et de Typhon, décrite par les plus grands auteurs de l'antiquité grecque. Dès le 8ème siècle par Hésiode dans sa Généalogie des dieux et par Homère dans le sixième chant de l'Illiade.


Hésiode en dit qu'elle «vomissait avec un bruit affreux les tourbillons d'une dévorante flamme», ce qui effrayait considérablement la population. Le héros Bellérophon, qui avait un bon niveau d'études, utilisa pour la tuer une ingénieuse lance faite de plomb. Le métal fondant à la chaleur de la propre flamme de la chimère, soit au moins 327 degrés centigrades, entraîna sa fin pathétique, carbonisée.


On comprend mieux la posture défensive de cette antique statue étrusque et l'impression de souffrance qui émane de son regard.

Chimère en bronze, art étrusque, 5ème siècle avant notre ère, découverte à Arezzo en 1553, restaurée par Cellini (reconstruction de la queue)