dimanche 26 juin 2011

La vie des cimetières (37)

L'abbé Robert, alias Étienne-Gaspard Robertson, fut un homme de spectacle, à Paris vers 1800-1830. Un de ces aventuriers fabuleux et sans scrupules qui combinaient balbutiements de l'électricité et procédés chimiques et optiques dans des attractions illusionnistes appelées alors fantasmagories. Derrière un galimatias philosophico-religieux et sous des prétextes hautement scientifiques, il faisait apparaitre fantômes ambulants, sorcières frénétiques et morts célèbres sur un écran de fumée. Il ressuscitait même, à la demande, les familiers de spectateurs téméraires.
On lira un survol de sa vie d'aérostier sur une page de la Biographie universelle ancienne et moderne, de Michaud en 1842. Son autobiographie «Mémoires récréatifs, scientifiques et anecdotiques d'un physicien-aéronaute» peut encore être dénichée chez quelques antiquaires.




De nos jours il n'y a plus que des spectres de pierre autour de son tombeau, avenue Casimir Périer au cimetière du Père Lachaise, et quelques touristes intrigués par ce grandiose mausolée historié sur lequel est gravé le nom d'un inconnu.

6 commentaires :

Le Professore a dit…

Euh… il me semble au contraire que nous avons divisé par deux le nombre d’accidents de la route, en quelques années. Tout n’est pas du au radar, mais le fait de fliquer et de toucher les gens au portefeuille semble porter ses fruits :

En 1981 12 000 tués/an
1983 reforme du tex d’alcool autorisé : 0.8g/l et vitesse à 110km/h
1985 contrôles techniques (10500 tués/an)
1990 ceinture à l’arrière
1992 permis à points (9000 tués)
En 2001 : 116 000 accidents, 8 160 tués, 153 000 blessés
2ème en Europe derrière ALL (371000 accident, 6982 tués) et devant ESP (67000 accident, 4158 tués)
En 2010 nous sommes sous les 4000

Quand à l’argumentation « l’état ne fait ça que pour l’argent », pourquoi ne le fait il pas plus ? pourquoi les amendes ne sont pas encore plus nombreuses, et encore plus chères ? Comme pour le tabac, la drogue, le vin ou les jeux…

Costar a dit…

Ah Professore, vous avez le chic pour ne pas mettre le commentaire avec la chronique concernée. Enfin après tout on parle aussi de morts, ici.

Premier point : si vous regardez la courbe fournie (en premier lien) par l'ONISR même, depuis 40 ans, avec tous les évènements que vous relatez, et bien vous constaterez qu'il n'y a quasiment jamais de relation directe entre la mise en place d'une mesure répressive et la baisse des morts, c'est quelquefois même l'inverse (le phénomène est d'ailleurs reconnu dans le rapport de l'ONISR mis en deuxième lien où ils disent la difficulté de l'exercice et l'extrême relativisme de cette science) et les mesures répressives ont eu dans certains pays, notamment l'Allemagne, un résultat inverse à celui escompté. On ne peut pas nier qu'il y ait un mouvement général de baisse, mais on ne tient jamais compte dans ces statistiques de paramètres capitaux que sont l'augmentation générale de la sécurité des automobiles, notamment les obligations de contrôle technique et l'amélioration des équipements (ronds points etc...).
L'association directe des mesures répressives et des morts en moins est une véritable arnaque de pure communication.

Deuxième point : détrompez-vous. L'état a fait très rapidement beaucoup plus de bénéfices qu'avec les contrôles manuels, si bien que les instances locales se sont récemment plaintes de ne pas en croquer quand les contrôles sont faits sur leurs routes, et vont bientôt bénéficier d'une partie de la manne (certains radars peuvent rapporter plus de 30 mille euros par jour). C'est devenu un poste de recettes considérable avec 10 millions (en nombre) de contraventions par an, et qui finance maintenant nombre d'autres activités, en plus de la multiplication du parc de radars qui va doubler dans les 2 ou 3 ans à venir.
Alors la technologie est maintenant relativement fiable et comme les braves électeurs acceptent maintenant de se faire tondre de 90 euros et 1 point parce qu'ils roulaient à 51 ou 92 kmh, la seule chose qui arrête les politiques n'est plus que le rythme des échéances électorales. La tergiversation actuelle sur le retrait ou non des panneaux indicateurs le démontre.
Et ne me dites pas comme on l'entend tellement que les braves pandores sont généreux puisqu'ils enlèvent 5% (ou 5 kmh) à la vitesse constatée, car ça n'est qu'une obligation due à la marge d'erreur des appareils de mesure.

Voilà. Je suis impatient de connaitre vos contre arguments que je pressens cinglants mais argumentés.

Le Professore a dit…

Cher Ostarc, vous êtes bien bon, car je m’y prends comme un manche pour simplement poster sur votre merveilleux blog.

Quant à votre argumentation, il n’empêche : si rien n’est la cause de la baisse de la mortalité routière, ni les ronds points (merci l’Etat), ni les ceintures de sécurité (merci l’Etat), ni le taux d’alcoolémie, (merci l’Etat), ni les limitations de vitesse et les radars, (merci l’Etat), c'est probablement l’opération du Saint Esprit.

Désolé d'être un peu athée, mais je crois plutôt à la prise de conscience collective, SOUS LA MENACE de l’Etat. Car en
toutes choses, c'est un peu de prévention, et un peu de répression, et un peu de taxes (l’incitation financière inversée) qui font bouger les choses : pour le tabac , les jeux d’argent, l’alcool, la sécurité routière.

Quand à l’argument sur l’Etat qui se goinfre, ils emble que je n’ai pas été assez clair : si l’état ne pensait qu’à se mettre de l’argent dans les poches, il le ferait, non ? Il autoriserait les machines à sous partout (dans les cafés), il laisserait les gens fumer partout, il légaliserait le cannabis et le taxerait, et il collerait beaucoup plus d’amendes. Si ces radars sont rentables, pourquoi ne pas en mettre le double ? un à chaque feu rouge ? un dans chaque virage ?

Costar a dit…

Décidément Professore vous ne m'avez pas du tout lu, ou alors d'un derrière distrait. Vous avez tellement d'idées préconcues que vous n'essayez pas de comprendre les arguments de l'autre, ou alors vous êtes d'une mauvaise foi mégalomane.

Je n'ai jamais dit, bien au contraire, que rien n'était la cause de la baisse, mais seulement que les causes principales n'étaient pas celles sur lesquelles les autorités communiquent, et pour des raisons évidentes.

Quant à la question éternelle des taxes, vous savez parfaitement, machiavélique comme vous l'êtes, qu'il y a des seuils clientélistes et des limites acceptables dans un pays où il reste quelques relents de démocratie.

Enfin si vous doutez que les radars soient rentables, rendez-vous sur le site gouvernemental de la prévention routière où tout ce que j'ai écrit vous sera confimré, avec des chiffres précis.

Vous affirmez sans arguments sérieux dans le seul but de chicaner.

Le Professore a dit…

non, je vous ai bien lu au contraire (au passage je suis machiavélien et pas machiavélique ; Machiavélique, c'est quand le Pape vous met à l’index) : je dis juste que si l’état était aussi machiavélique que vous le prétendez, il mettrait des radars partout et s’enrichirait encore plus.

Et deux, s’il était aussi démagogue que vous le dites, il s‘abstiendrait de mettre en place en place ces radars qui ne plaisent à personne, au risque de perdre les élections… il faut au contraire du courage (on reconnaîtra ça à la Droite pour une fois (Sarkozy et Chirac) pour s’attaquer aux français et à leur passion un peu ridicule de la bagnole et de la vitesse, plutôt que de les brosser dans le sens du poil.

C'est vous qui ne me lisez pas cher Ostarc.

Costar a dit…

Cette conversation devient ridicule. je n'ajouterai rien. Vous avez certainement raison sur tous les points.