dimanche 14 décembre 2014

Melzi

Du belvédère de la villa Balbianello, lorsqu’on regarde vers le nord-est la rive opposée du lac de Côme, on distingue, à un peu plus de 4 kilomètres, un palais blanc entouré de verdure. C’est la villa Melzi et son splendide jardin presque botanique.
Elle fut construite au temps où Napoléon Bonaparte s’était fait président puis roi d’une brève république d’Italie cisalpine, vers 1810, pour y loger son vice-président Francesco Melzi et accessoirement s’inviter à y fainéanter à la belle saison.

Depuis, tout ce que la civilisation occidentale a engendré de grands couples romantiques, de pianistes de génie échevelés et itinérants, romanciers diplomates et complexés, idoles pour films populaires ou vedettes de publicités pour cafés encapsulés gaspilleurs et nocifs, bref tout ce qui procure un peu de joie aujourd’hui à notre terne existence a longtemps séjourné ou séjourne encore dans ce paradis terrestre.

Il faut dire, pour parler comme les guides touristiques, que vous n’oublierez jamais le vaste jardin aux centaines d’essences, les monumentaux massifs d’azalées, notamment le jaune rhododendron ponticum au parfum printanier si obsédant, la silhouette épurée et funèbre des cyprès, les beaux marbres inexpressifs, l’air doux exhalé par le lac…









2 commentaires :

lucm.reze a dit…

Pour pouvoir l'oublier ou ne pas l'oublier, encore faut-il avoir pu gouter à cette douceur romantique. Un endroit pas fait pour les sauvages et inaccessible aux romantiques désargentés.

Costar a dit…

Ne noircissons pas trop la chose ; le lac de Côme n'est pas plus loin que la côte d'azur, il est peu fréquenté au printemps et le droit de visite du jardin et du musée, du 29 mars au 30 octobre, en plein tarif est de 6,5 euros. On trouve dans les environs des locations à des tarifs acceptables.
Pour les sauvages romantiques, vous ne verrez pas beaucoup de touristes sur ces photos. Elles ont été prises en mai et n'ont pas été retouchées.